Songhuajiang HFJ 6350 à 46 roues – 2007
avatar

Share Button

Songhuajiang est une marque de véhicules utilitaires chinoise.

Le HFJ 6350 est l’équivalent d’un Toyota Hiace. En version de base, il n’a que 4 roues…

Maintenant ajoutons une Artiste chinoise à cette voiture, Yin Xuizhen et observons…

Nous obtenons une oeuvre vue au Museum of Modern Art (MoMA) dans la Galerie des projets au deuxième étage, faite d’acier inoxydable, de roues, de vêtements usagés, de tabourets et de musique, nommée Collective Subconscious (2007).

Et ce qui est étonnant, pour cette oeuvre, c’est qu’il y a eu 2 versions en 2007. La bleue a été exposée au MoMA de New-York et la blanche a été exposée en Allemagne. Elle ont des plaques différentes…

(Je me suis quand même demandé si comme pour une Tissier, l’artiste aurait pu changer la tête motrice en cas de mauvais fonctionnement de l’ancienne ?!! Mort de rire !! Oups pardon !)

Au cours des vingt-cinq dernières années, l’artiste Yin Xiuzhen basée à Beijing s’est fait un nom en créant, en mettant en scène et en exposant des œuvres qui reflètent son environnement et sa relation avec elle-même. L’environnement étant la Chine de la fin du XX e siècle. Un pays qui a connu des changements sociaux, politiques et économiques rapides dans lesquels l’excès matériel et la croissance industrielle ont dépassés sa capacité à consolider les dommages causés à son environnement naturel, où les vestiges d’une république populaire sont bizarrement associés à son ascension dans capitaliste.

 Xiuzhen a commencé ce voyage de réflexion en 1995 avec le « happening » Lavage de la rivière , dans lequel elle a converti l’eau déplacée d’une rivière polluée en un bloc de glace, que les participants ont dilué avec de l’eau fraîche. Son but n’était pas d’effacer la mémoire collective, mais de prendre des morceaux érodés de son pays et de leur insuffler un sentiment d’espoir. Fidèle à sa forme, Xiuzhen a poursuivi cette pratique de convergence de l’ancien et du nouveau avec le subconscient collectif, qui consiste en une mini-fourgonnette dont l’avant et l’arrière sont réunis par un tube fermé construit en acier inoxydable et des morceaux de vêtements usagés.

 Les visiteurs sont invités à entrer dans la sculpture (attention à la tête), à s’asseoir sur l’un des nombreux petits bancs, et à écouter la chanson pop chinoise « Beijing, Beijing » diffusée par les haut-parleurs arrière, qui ressemble vaguement à Peter Gabriel , vers 1980, chantant en chinois. En s’asseyant sur les sièges baquets arrière de la fourgonnette, on peut voir les gens aller et venir, et se prendre dans le spectre complet de la couleur le long du couloir.

La version blanche…

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.