Thunderbolt 6 roues de record – 1937
avatar

Share Button

George Eyston, un ancien officier d’artillerie de la première guerre mondiale, qui deviendra un pilote d’envergure internationale dans les années 1920 en participant à divers grands-prix et aux 24 heures du Mans 1928 et 1929. Dans les années 1930, c’est vers les records de vitesse qu’il se dirige, en obtenant en avril 1932 le record de vitesse moyenne sur une heure à bord d’une Panhard, c’est lui qui pilotera la Thunderbolt.

La conception de la Thunderbolt, sera financée par George Eyston lui-même avec l’aide de mécènes. Mais Eyston est aussi ingénieur et dépose plusieurs brevets lors de la conception de la Thunderbolt, portant notamment sur la suralimentation des moteurs ou encore sur le travail des boites de vitesses à haut rendement.

La Thunderbolt est conçue autours de deux moteurs V12 Rolls Royce R, qui étaient des moteurs d’avions mais aussi les mêmes que ceux utilisés sur l’une des voitures de Campbell : la BlueBird. Chaque moteur avait une cylindrée de 36,5 litres et développait 2.350Ch. Il est a noter que les moteurs de ce type étaient rares (environ 20 unités fabriqués), si bien que la concurrence entre Campbell et Eyston fut cordiale, le premier prêtant un moteur de rechange au second.

Mais avec une telle puissance développée, cela nécessite d’importantes innovations sur le châssis afin que celui-ci puisse tenir le choc, ce qui implique de travailler avec des matériaux résistants. Il en va de même concernant la transmission, les engrenages … Le châssis est réalisé à Bean Work (Grande Bretagne), il comprend trois essieux et huit pneus (essieu arrière jumelé) pour répartir au mieux le poids de la bête, qui pesait plus de 7 tonnes !

Quant à la carrosserie, Eyston s’offre les services du français Jean Andreau pour dessiner une voiture aérodynamique. Elle fut réalisée en plaques constituées d’un alliage d’aluminium, reliées entre-elles par de l’argent poli. La Thunderbolt se pare d’une grande queue à l’arrière, laquelle est flanquée d’un aérofrein à commande hydraulique.

La Thunderbolt est prête à courir à la fin de l’année 1937, la voiture rejoint donc le lac salé de Bonneville aux Etats-Unis, elle y roule le 19 Novembre de la même année et y signe son premier record de vitesse : 502,12km/h. Pour son premier galop, la Thunderbolt devient la première automobile à franchir le cap des 500km/h.

La Thunderbolt est une six-roues conçue pour les Salt Flats de Bonneville.

Spécifications :

  • 2 moteurs Rolls Royce Type ‘R’ Schneider Aircraft pour une cylindrée totale de 73164 cm2.
  • 5000 ch
  • Longueur : 9,27m
  • Hauteur : 1,16m
  • Poids : plus de 7 tonnes 
  • 6 roues
  • Empattement : 5,24m

 

Dans cette voiture, le capitaine Eyston a établi trois records de vitesse terrestre :

  1. 502,115 km/h le 19 novembre 1937
  2. 555,224 km/h le 27 août 1938
  3. 574,536 km/h (Record du TGV Est) le 15 septembre 1938

La Thunderbolt a ensuite été exposée ici et là de part le monde afin de saluer son record, mais la voiture est détruite lors d’un incendie alors qu’elle était exposée en Nouvelle-Zélande courant 1939. L’histoire de cette voiture s’arrête donc cette année par la force des choses…

Merci à Virginie Maneval pour ses recherches d’images.
Source : https://lautomobileancienne.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.